Store Locator
LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE 75$Start Shopping
Achetez-en plus et économisez 10% à partir de 50$, 15% à partir de 100$, 20% à partir de 150$     *Exclut les kits ADN myBlueprint.

Combattre la fatigue surrénale avec la vitamine C et les extraits glandulaires

Le stress est quasiment inévitable dans notre culture au rythme effréné. Le stress chronique déclenche une cascade hormonale qui exerce des pressions excessives sur les réserves de nutriments et de vitamines du corps, ce qui peut avoir de graves conséquences sur la santé. L’organe et le système hormonal le plus affecté lors d’un stress chronique sont la glande surrénale. Les glandes surrénales produisent des hormones clés, y compris le cortisol, les DHEA et les minéralocorticoïdes, qui régulent de nombreuses fonctions dans notre corps.
Il est important de savoir que les hormones surrénales sont essentielles à notre survie. Cependant, le stress chronique provoque une surproduction continue de ces hormones, sans donner la possibilité de se reposer et de récupérer. Compte tenu de la prévalence du stress dans nos vies, il est plus que nécessaire de soutenir le bon fonctionnement de nos surrénales avec des nutriments.

La vitamine C

La vitamine C (encore appelée acide ascorbique) est l’une des vitamines les plus connues et les plus utilisées pour soutenir la santé. Albert von Szent Györgyi a découvert dans les années 1920 que la vitamine C est un composé capable de prévenir et guérir le scorbut. Il poursuivra ensuite avec des travaux de recherches sur la fonction de la vitamine C dans le métabolisme humain qui lui permettront par ailleurs de remporter un prix Nobel.1 La vitamine C joue un rôle central dans l’activation des enzymes qui interviennent dans la production du collagène, une protéine structurelle clé des vaisseaux sanguins, de la peau et d’autres tissus. Elle est également nécessaire pour l’activation des neurotransmetteurs et de la carnitine pour la production d’énergie. Les symptômes du scorbut comprennent la fatigue, un dysfonctionnement neurologique et, plus couramment, des saignements des gencives et une tendance facile à faire des ecchymoses du fait de la fragilité des vaisseaux sanguins.1

De plus, la vitamine C a des effets antioxydants à large spectre qui lui confèrent la capacité de protéger les structures cellulaires et l’ADN de l’endommagement par les radicaux libres.1 Ainsi, elle est particulièrement utile dans les situations de stress intense qui s’accompagnent généralement d’une augmentation des dommages causés par les radicaux libres, de la réparation cellulaire, de la production d’énergie et d’importants neurotransmetteurs. La vitamine C a également la capacité de régénérer et d’optimiser d’autres antioxydants clés comme la vitamine E.2

L’humain est l’un des rares mammifères qui ne sont pas en mesure de produire de la vitamine C. Nous ne pouvons compter que sur l’alimentation ou la supplémentation pour couvrir nos besoins. Les cobayes et autres primates n’ont pas non plus la capacité de produire de la vitamine C, ce qui explique pourquoi la majeure partie des études de recherche les utilise comme modèles du métabolisme humain. Bien que le scorbut sévisse rarement en Amérique du Nord, bon nombre de personnes qui consomment peu ou pas de fruits et légumes ont des niveaux de vitamine C sous-optimaux, ce qui peut limiter la capacité du corps à répondre adéquatement au stress.

La vitamine C est essentielle au retour de l’hormone surrénale du stress (cortisol) à des niveaux normaux en période d’adaptation au stress. Dans le même contexte, il sert également de cofacteur pour la production de l’épinéphrine et des hormones stéroïdes. L’on comprend donc logiquement pourquoi la glande surrénale a la plus forte concentration en vitamine C dans le corps. Pendant les périodes de stress, la demande en ces hormones augmente, entraînant avec elle une augmentation de la demande en vitamine C. Cela conduit à un épuisement rapide des réserves de vitamine C. Cette vitamine joue également un rôle clé dans la formation de neurotransmetteurs qui régulent l’humeur et la fonction cérébrale.3 Dans un essai randomisé contrôlé par placebo, 120 adultes en bonne santé ont été examinés en vue de déterminer si la supplémentation en vitamine C a un effet sur leur capacité à gérer le stress. Les résultats ont montré que les personnes ayant consommé trois grammes de vitamine par jour avaient une pression artérielle plus basse, leur taux de cortisol se rétablissait plus rapidement et elles se sentaient moins « stressées » 3.

Les extraits glandulaires

La supplémentation en extraits glandulaires surrénaux constitue l’un des moyens les plus puissants pour soigner la fatigue surrénalienne. Ces extraits ont été largement utilisés par les naturopathes et autres praticiens de la santé avec beaucoup de succès et une grande innocuité au cours du siècle dernier5. Historiquement, le terme « organothérapie » était utilisé pour décrire l’administration d’extraits de tissu glandulaire. Les premières expériences ont été menées en utilisant des extraits de tissu thyroïdien et, aujourd’hui, l’extrait de la glande thyroïde est utilisé en médecine conventionnelle pour traiter l’hypothyroïdie.

Exemple d’organothérapie utilisée en médecine

Organothérapie Applications
Foie Le foie est très riche en fer et autres vitamines qui peuvent aider à remonter le taux de globules rouges dans des états tels que l’anémie
Complexe d’hydroxyapatite microcristalline d’osséine (MCHC) Forme d’os broyés lyophilisée qui a été cliniquement éprouvée dans des essais randomisés en double aveugle et contrôlés pendant plus de 30 ans, pour être la meilleure source de calcium pour la construction et l’entretien des os. Elle a également été prouvée pour stopper voire inverser la perte osseuse associée à l’ostéoporose.
 
Thyroïde desséchée Extrait de thyroïde bovine contenant les ratios naturels des hormones thyroïdiennes actives (T3 et T4), ainsi que d’autres cofacteurs et hormones

Les préparations glandulaires traditionnelles contenaient généralement des traces d’hormones actives. Mais, de nos jours, elles sont largement réglementées par des organismes de santé et de sécurité tels que Santé Canada. Pour être homologué en tant que produit de santé naturel, l’extrait surrénalien doit être exempt d’hormones surrénales telles que l’épinéphrine, la DHEA et le cortisol. La question que l’on est en droit de se poser ici est de savoir comment une supplémentation glandulaire peut avoir un effet positif sur la santé s’il est préalablement dépourvu d’hormones. Eh bien la vérité est que l’extrait glandulaire surrénalien demeure utile puisqu’il contient les précurseurs et les peptides nécessaires à la stimulation de la fonction des glandes. Par exemple, le cortex surrénalien où les hormones de stress sont produites est idéal pour « faire démarrer » les glandes surrénales qui ont été épuisées par le stress chronique. Cela se traduit par un puissant effet nutritif et cicatrisant sur les glandes surrénales du patient.

Malheureusement, étant donné que les extraits de glandes surrénales sont de nature alimentaire et encore mal connus des disciplines autres que la naturopathie, il n’y a pratiquement aucune étude clinique récente utilisant cette substance. Malgré le manque d’essais rigoureux utilisant des glandes surrénales, les résultats cliniques sont impressionnants. Les naturopathes rapportent que les glandes surrénales sont l’un des moyens les plus efficaces pour combattre la fatigue surrénalienne, en particulier dans la phase la plus avancée.

Idéalement, les extraits glandulaires sont lyophilisés (séchés à froid), ce qui signifie que l’organisme est immédiatement congelé, puis soumis à un vide poussé qui évapore l’humidité directement à partir de l’état solide. Étant donné que ce processus conserve les différents tissus naturellement présents dans l’organisme source, il est très important de pouvoir garantir une qualité élevée des organismes sources. De ce fait, nous vous recommandons de toujours rechercher, dans la mesure du possible, des extraits glandulaires obtenus d’organismes sources provenant des pays qui appliquent les normes en matière de réglementation de l’élevage des plus strictes au monde, et qui interdisent les pratiques d’alimentation qui ont eu à causer des problèmes dans d’autres pays. Nous utilisons une source porcine pour éviter le risque de maladie de la vache folle associé aux sources bovines.

Des solutions simples telles que la vitamine C et les extraits de glandes surrénales sont une option efficace et sûre pour lutter contre l’épuisement surrénalien chez les personnes potentiellement sensibles aux options à base de plantes. Elles doivent être prises en compte dans tous les cas, en particulier dans les stades avancés de la fatigue surrénalienne où il y a une carence en hormones surrénales. Consultez votre fournisseur de soins de santé pour savoir si un extrait glandulaire à haute dose est indiqué pour vous.

Références

1) De Tullio, M. C. (2010) The Mystery of Vitamin C. Nature Education 3(9):48

2) González MJ, Miranda-Massari JR, Mora EM, Guzmán A, Riordan NH, Riordan HD, Casciari JJ, Jackson JA, Román-Franco A. Orthomolecular oncology review: ascorbic acid and cancer 25 years later. Integr Cancer Ther. 2005 Mar;4(1):32-44.

3) Brody S, Preut R, Schommer K, Schürmeyer TH. A randomized controlled trial of high dose ascorbic acid for reduction of blood pressure, cortisol, and subjective responses to psychological stress. Psychopharmacology (Berl). 2002 Jan;159(3):319-24. Epub 2001 Nov 20.

4). Liakakos D, Doulas NL, Ikkos D, et al. Inhibitory effect of ascorbic acid (vitamin C) on cortisol secretion following adrenal stimulation in children. Clin Chim Acta 1975;65:251-255

5) Wellwood C and Rardin S. Adrenal and Thyroid Supplementation Outperforms Nutritional Supplementation and Medications for Autoimmune Thyroiditis. Integr Med (Encinitas). 2014 Jun;13(3):41-7.

Dr. Paul Hrkal

About The Author

Dr. Paul Hrkal is a board-certified Naturopathic doctor with a passion to apply innovative and evidence-based nutritional, biological, and supplemental interventions to address underlying metabolic, endocrine and immunological dysfunctions. He is strong advocate of integrative medical education frequently writing and lecturing to both healthcare practitioners and public audiences. He also is the medical director for Advanced Orthomolecular Research, a leading Canadian natural health product company, and maintains a clinical practice in the Toronto area.

You might also like to read

Mini Cart 0

Your cart is empty.