Store Locator
LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE 75$Start Shopping

Équilibrer les hormones grâce aux plantes médicinales

La beauté d’être une femme vivant avec les cycles de la Lune et de la Terre est sacrée. En chaque personne se trouve un espace utérin féminin sacré digne de considération et de soins. Semblable aux principes du yin et du yang, il y a un équilibre entre l’énergie féminine et masculine en nous tous ; le feu et la glace, le mouvement et le repos, le Soleil et la Lune. Lorsque nous, qui s’identifions en tant que femmes, honorons à la fois l’espace de l’utérus physique et énergétique, nous accueillons un flux fluide et des hormones équilibrées.

Dans le monde moderne d’aujourd’hui, les déséquilibres hormonaux sont de plus en plus répandus. Un déséquilibre peut se manifester par des sautes d’humeur, des problèmes de santé, des éruptions cutanées, des fringales, de la fatigue, des menstruations douloureuses, un cycle irrégulier et de l’infertilité, pour n’en nommer que quelques-uns. Plusieurs causes se cachent derrière cela, incluant les polluants environnementaux, l’exposition à des produits chimiques nocifs, le stress chronique, les médicaments et le régime alimentaire nord-américain typique, par exemple. Du point de vue de la phytothérapie traditionnelle, il existe des moyens de prévenir les déséquilibres hormonaux et de rétablir l’équilibre hormonal. S’occuper de la santé reproductive est aussi important que de protéger tout autre système dans le corps.

Il est impressionnant de constater l’impact positif que les plantes ont sur les problèmes spécifiques de la femme et de l’utérus. Il est important d’avoir accès aux plantes médicinales lorsque nous guérissons mais aussi de constater qu’il existe de nombreuses thérapies préventives qui peuvent soutenir une femme à toutes les étapes de sa vie. L’industrie de la santé met tellement l’accent sur la réparation de ce qui est malsain mais si nous pouvions changer notre approche pour maintenir une santé holistique dès le début, l’impact du stress placé sur le corps pourrait être réduit, minimisant ainsi les difficultés. Lorsque nous abordons la santé à partir d’une position d’empuissancement, nous pouvons passer plus de temps à apprécier les cycles que nous traversons au lieu d’éprouver du ressentiment.

Bien qu’on nous ait enseigné pendant des siècles que les cycles féminins sont « sales » ou quelque chose dont il faut avoir honte, en tant que collectivité, nous avons commencé à nous opposer à cette propagande et à accueillir cet aspect naturel de la vie. Lorsque nous retournons à nos racines, nous trouvons la simplicité et les rythmes naturels exempts de peur. C’est là que l’on retrouve la médecine populaire : la phytothérapie.

La phytothérapie est l’un des arts de guérison les plus anciens. Chaque culture possède sa propre histoire avec la médecine végétale et on peut continuer à être témoin de son influence remarquable et persistante, même à notre époque moderne. Ce que les mystiques et les guérisseurs savaient intuitivement il y a cinq mille ans est maintenant soutenu par la science. C’est en cela que réside la beauté de l’union de l’art et de la science de la guérison.

À travers les âges, on a travaillé avec les plantes pour supporter les fonctions rythmiques du corps. Il y a des plantes qui ont été utilisés pour quérir à la fois l’aspect énergique et physique de l’espace utérin. Ces plantes médicinales peuvent être hormonomodulatrices, équilibrantes hormonales, elles peuvent agir sur le système nerveux ou le système musculosquelettique, elles peuvent être spécifiques aux organes de détoxification ou aux organes reproducteurs, ou aux deux. Une seule plante peut agir de nombreuses façons différentes sur le corps.

Cela doit être préfacé en disant qu’il est impossible de résumer l’impact qu’une seule plante peut avoir sur le corps dans un article. La médecine botanique est profondément stratifiée et sacrée. La relation que l’on a avec les plantes se développe sur des vies de connaissances et d’expérience. Elle est influencée par les aspects culturels, les enseignements et l’accès à des plantes spécifiques. De nombreuses pratiques ont été transmises d’une génération à l’autre à travers des histoires, des chants et des rituels anciens; d’autres par des mots écrits conservés à travers l’histoire ou révélés par l’étude scientifique. Par conséquent, veuillez prendre l’initiative de renforcer votre propre relation avec nos cousines végétales, tant celles abordées dans cet article que les autres. Découvrez lesquelles résonnent avec vous. Peut-être que certaines vous interpellent en raison de vos ancêtres ou en fonction de l’endroit où vous êtes dans votre cycle ou dans votre parcours de guérison. Quoi qu’il en soit, familiarisez-vous avec ces plantes comme si elles étaient vos amies; les connaître par leur nom ainsi que par leur apparence. Familiarisez-vous avec leur histoire, leurs vertus, leur fonction, leur habitat et leur origine. Vous commencerez à reconnaître ces plantes comme de vieilles amies et leur capacité curative n’en sera que d’autant plus puissante.

On a recours à différentes plantes au cours des diverses étapes de la vie ou des objectifs personnels de santé. L’actée à grappes noires (Cimicifuga racemosa), originaire d’Amérique du Nord, s’est avérée utile pour les femmes hypoglycémiques ou en périménopause.

Les feuilles de framboisier (Rubus idaeus), originaire d’Amérique du Nord, est l’une des plantes tonifiantes les plus connues et les plus largement utilisées car on sait qu’elle tonifie l’utérus et réduit le flux menstruel. L’alcaloïde responsable de l’action tonifiante et nourrissante du framboisier sur l’utérus et la région pelvienne est la fragarine.

L’écorce de viorne obier (Viburnum opulus), originaire d’Europe, s’est avérée bénéfique pour celles éprouvant des crampes utérines douloureuses car c’est une merveilleuse nervine utérine qui cible spécifiquement la détente des muscles utérins.

Énergétiquement, l’agripaume (Leonurus cardiaca), originaire d’Europe du Sud-Est et d’Asie centrale, est aussi réconfortant qu’un câlin de maman, d’où son nom, qui est une bonne option en cas d’instabilité émotionnelle. On lui attribue aussi le rôle d’équilibrante menstruelle, de décongestionnante pelvienne et de régulatrice du cycle. De plus, l’agripaume est reconnue pour sa capacité à soulager les crampes et à réduire le stress. C’est aussi une plante merveilleuse pour les femmes ménopausées.

La cataire (Nepeta cataria), originaire d’Europe, d’Asie et d’Afrique est utile pour avoir des menstruations. La bourrache (Borago officinalis), originaire de la Méditerranée, est reconnue pour soulager la mélancolie, réconforter le cœur et remonter le moral. La rose (Rosa damascena), de la région de la Méditerranée orientale, possède à la fois une affinité énergétique et physique pour l’espace utérin car elle remonte le moral, régulariser les menstruations et renforcer le cœur, l’estomac et le foie.

Des études sur les baies de vitex (Vitex agnus-castus), originaire de la Méditerranée, ont démontré qu’elle stimule l’hypophyse, la glande qui contrôle le cycle menstruel. On peut se tourner vers le vitex lorsque l’objectif est la normalisation du cycle menstruel et de favoriser la fertilité.

La racine de réglisse (Glycyrrhiza glabra), originaire d’Asie, est une plante merveilleuse pour traiter l’épuisement surrénalien et équilibrer les hormones pour la femme éprouvant une fatigue chronique au cours de son cycle.
L’ortie (Urtica dioica), originaire d’Europe et d’Afrique du Nord, est l’une des meilleures plantes toniques générales pour les femmes. C’est une source merveilleusement riche de fer assimilable, de calcium et de vitamine A. Elle est très utile pendant la grossesse afin de soulager la rétention d’eau, améliorer la vitalité et soutenir l’écoulement du lait maternel après la grossesse.

Les baies de schisandra (Schisandra chinensis), originaires de Chine, est une plante adaptogène riche en antioxydants et traditionnellement connue pour aider à équilibrer les hormones et à protéger les glandes surrénales. Elles ont été largement utilisées pour aider notre corps à faire face et à s’adapter au stress. En outre, elles sont anti-inflammatoires et nourrissent le foie.

Ceci ne constitue pas une longue liste botanique. Il existe de nombreuses façons d’aborder la santé de l’espace utérin d’un point de vue énergétique et physique avec les plantes. L’intention de cet article est de révéler que beaucoup de personnes vivent avec des déséquilibres hormonaux et des problèmes de santé de l’espace utérin; à tel point que la douleur et l’inconfort cycliques sont normalisés. La bonne nouvelle est que ces problèmes ne sont pas normaux mais sont plutôt des symptômes d’un déséquilibre dans le corps. Avec le bon protocole de phytothérapie, de nutrition, de mode de vie et la patience, un cycle normal peut être atteint. En règle générale, donnez au corps trois cycles lunaires (trois mois) pour se régulariser lorsque vous démarrez un nouveau protocole. Le corps est incroyablement vital et lorsqu’il est mis dans le bon environnement, il fera tout ce qu’il peut pour guérir, parfois même à une vitesse miraculeuse. Cependant, quels que soient les objectifs de santé que vous espérez atteindre, s’il vous plaît, considérer combien de temps il a fallu à votre corps pour arriver à cet état et donnez-lui le temps et l’espace dont il a besoin pour démanteler et réparer la maladie (ou dis-harmonie). Soyez douces avec vous-même.

About The Author

Lisa Marie Holmes RH., is a registered herbalist, public figure and owner and creator of L'Apothicaire Botanique. With appearances on HGTV USA, the DIY Network, HGTV Canada, CTV, and many public speaking events, Lisa Marie effortlessly integrates her conviction for a healthy home with her background in alternative medicine and international relations into every aspect of her life. Always aspiring to serve her community, Lisa Marie finds pleasure in revelling in all of Nature's treasures.

You might also like to read

Mini Cart 0

Your cart is empty.