Store Locator
LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE 75$Start Shopping

Inflammation: une épée à double trenchant

Comprendre l’inflammation  

L’inflammation est une épée à double tranchant; il joue un rôle important et bénéfique dans le corps, mais il peut aussi être très dangereux, causant des dommages à l’organisme et conduisant finalement à des maladies et même à la mort! Que l’inflammation soit bénéfique ou nocive dépend de son type et de sa durée. En général, il existe deux catégories distinctes d’inflammation: l’inflammation aiguë ou à court terme et l’inflammation chronique ou à long terme. Alors que l’inflammation à court terme joue un rôle bénéfique dans le corps, l’inflammation à long terme ou chronique peut être très nocive. Ces effets nocifs seront examinés plus en détail dans une section ultérieure. Tout d’abord, il est important de discuter du rôle de l’inflammation dans le corps. Si l’inflammation peut être si dangereuse, pourquoi se produit-elle en premier lieu? 

L’inflammation joue un rôle vital dans le processus de réparation après une blessure ou une infection. Sans inflammation, la maladie et les dommages progresseraient rapidement au-delà de la capacité du corps à récupérer, et la mort en résulterait rapidement. Le corps initie le processus de réparation presque instantanément après une blessure. C’est un processus très complexe qui implique une cascade complexe de processus, dont beaucoup se déroulent simultanément, et de nombreux acteurs différents, y compris des cellules et des facteurs solubles (produits chimiques appelés chimiokines et cytokines) qui fonctionnent en synergie les uns avec les autres d’une manière très spécifique (voir ci-dessous: Que sont les cytokines?). 

Il existe cinq caractéristiques clés de l’inflammation, que nous avons tous ressenties lorsque nous subissons une coupure ou une entorse à la cheville: gonflement, douleur, rougeur, chaleur et perte de fonction. Chacune de ces caractéristiques est le résultat des efforts du corps pour protéger la zone endommagée et accélérer la guérison et la réparation.  

La Réponse Inflammatoire: 

Un aperçu 

En bref, l’inflammation est un système d’informations avec de multiples points de contrôle où un processus de prise de décision doit avoir lieu. Le corps réagit aux défis tels que les envahisseurs étrangers ou les traumatismes de la même manière qu’un ordinateur prend des décisions basées sur un format “oui” ou “non”. La réponse inflammatoire de l’organisme est contrôlée par le système immunitaire et fait partie de ce qu’on appelle le système de défense inné ou non spécifique. Il est qualifié de non spécifique, car contrairement aux défenses immunitaires spécifiques de l’organisme, il ne cible pas de virus ou d’agents pathogènes spécifiques; au lieu de cela, il agit de manière non spécifique pour faire face à une grande variété de menaces ou de blessures. La réponse inflammatoire est initiée en réponse à un traumatisme, à des agents chimiques ou à des agents pathogènes microbiens, et est une cascade d’actions hautement programmée qui se produit immédiatement afin d’empêcher la propagation des agents pathogènes, de minimiser les dommages supplémentaires aux cellules et aux tissus et de favoriser la réparation et la guérison. 

En cas de dommage, de traumatisme ou d’infection, les cellules du tissu appelées mastocytes produisent certains produits chimiques, dont l’histamine. L’histamine est un déclencheur chimique clé de la réponse inflammatoire du corps. La présence d’histamine et d’autres facteurs chimiques provoque le déclenchement de trois processus inflammatoires clés : la vasodilatation (élargissement des vaisseaux sanguins) dans la zone touchée, une perméabilité accrue des vaisseaux sanguins et un mouvement des globules blancs du sang vers le Région. 

La vasodilatation des vaisseaux sanguins dans la zone touchée ou endommagée apporte plus de sang dans la zone touchée. Cela provoque des rougeurs et de la chaleur, mais le but principal est de fournir plus de cellules du système immunitaire et d’autres facteurs pour aider à la guérison et à la réparation. Ensuite, les parois des vaisseaux sanguins deviennent plus perméables, provoquant une fuite de plasma hors des vaisseaux sanguins et dans la zone touchée. Cela provoque un gonflement ou un œdème, peut entraîner une douleur due à une pression accrue et peut entraver le fonctionnement des articulations ou des muscles. La raison de cette fuite est que le plasma contient des protéines et d’autres facteurs qui sont essentiels pour l’initiation de la guérison. Par exemple, le plasma contient des protéines de coagulation et d’autres protéines qui stimulent le système immunitaire du corps pour détruire les bactéries. 

Enfin, les globules blancs appelés phagocytes sortiront des vaisseaux sanguins et migreront vers le site affecté. Ces cellules importantes du système immunitaire consommeront et détruiront les bactéries et les agents pathogènes de la zone infectée et nettoieront les cellules mortes et autres débris cellulaires pendant le processus de guérison. 

La description ci-dessus décrit comment l’inflammation est initiée et progresse, conduisant à une éventuelle guérison. Dans la plupart des cas, la réponse inflammatoire est alors complète et les choses reviennent à leur état normal. Cependant, bien que ce processus inflammatoire à court terme soit essentiel pour la guérison et la réparation, dans certains cas, le processus inflammatoire ne s’arrête pas et se poursuit dans un cycle à long terme d’inflammation chronique.  

Cette inflammation chronique n’est pas bénéfique ; il peut en fait causer encore plus de dégâts et peut éventuellement contribuer au développement de diverses maladies. Le même processus que le corps utilise pour se défendre lors d’une inflammation à court terme se retourne contre lui lorsqu’il devient chronique et finit par nuire au corps. C’est un peu comme une armée qui se retourne contre les citoyens et le pays qu’elle était censée défendre ! En fait, de nombreuses maladies sont maintenant liées à l’inflammation, par exemple les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète, les maladies du foie et même l’obésité, entre autres ! Bien que l’inflammation aiguë soit un processus vital, les scientifiques et les médecins commencent à comprendre qu’il existe un réel besoin d’arrêter cette inflammation à long terme. 

Que sont les cytokines?  

Les cytokines sont de petites molécules protéiques qui jouent un rôle clé dans la signalisation cellulaire, c’est-à-dire qu’elles agissent comme des messagers cellulaires avec différentes cytokines fournissant différents messages aux cellules sur la façon dont elles doivent agir ou réagir dans diverses situations. Les cytokines sont produites par les cellules du système nerveux et également par les cellules du système immunitaire, en particulier les macrophages. Les cytokines agissent en se liant à des récepteurs de surface sur d’autres cellules où elles initient une réponse spécifique. Par exemple, une cytokine peut amener une cellule à commencer à produire certaines protéines ou molécules, ou même à produire plus de cytokines. Les cytokines peuvent également être inhibitrices et réduire la production de protéines ou d’autres cytokines. De cette façon, l’interaction de différentes cytokines est impliquée dans la régulation et la progression de diverses réponses cellulaires dans le corps, y compris la réponse inflammatoire. 

Les cytokines qui jouent un rôle clé dans le processus inflammatoire sont souvent appelées cytokines inflammatoires. Les cytokines peuvent être divisées en trois catégories générales: les chimiokines, les interleukines et les lymphokines. Les chimiokines sont des produits chimiques qui attirent les cellules vers d’autres cellules ou une certaine zone. Par exemple, les chimiokines sont responsables de l’attraction des phagocytes de la circulation sanguine vers les zones endommagées dans le cadre de la réponse inflammatoire. Les interleukines (en abrégé IL) étaient initialement décrites comme des cytokines produites par les leucocytes, mais cette catégorie comprend désormais un large éventail de différentes molécules de signalisation impliquées dans la réponse immunitaire. De nombreuses interleukines jouent un rôle très important dans la médiation de l’inflammation dans le corps. Enfin, les lymphokines sont produites par des cellules appelées lymphocytes, et sont généralement impliquées dans la réponse immunitaire de l’organisme. 

Le processus d’inflammation est très complexe, cependant, en général, nous pouvons considérer l’inflammation comme étant divisée en types à court terme et à long terme. Si l’inflammation à court terme est bénéfique et l’inflammation à long terme est malsaine, la question clé est: à quel stade l’équilibre bascule-t-il? Quand l’inflammation passe-t-elle de bénéfique à néfaste? Et surtout, quand doit-on intervenir? Par exemple, si l’on intervenait dès le début de l’inflammation, on empêcherait théoriquement l’organisme de faire son travail de protection! C’est là qu’interviennent les points de contrôle.  

Ces points de contrôle impliquent une rétroaction et des actions du système immunitaire du corps, qui est le grand orchestrateur du processus inflammatoire. À un certain stade du processus inflammatoire, le système immunitaire du corps décidera, sur la base des preuves disponibles et des commentaires des cellules clés, qu’un certain point de contrôle a été atteint et procédera à un plan d’action spécifique basé sur ces informations. Ce sont ces points de contrôle qui déterminent en fin de compte le sort du processus inflammatoire. 

Malheureusement, pour l’instant, aucun signe ou symptôme précis n’a été identifié qui pourrait être utilisé pour indiquer qu’un point de contrôle critique a été atteint et que la balance est sur le point de basculer d’une inflammation bénéfique à une inflammation nocive. Cette connaissance faciliterait certainement la vie des médecins car ils seraient plus à même d’identifier à quel moment précis intervenir. Heureusement, la chimie biologique vient à la rescousse car divers biomarqueurs ou “marqueurs d’inflammation” ont été identifiés et peuvent être utilisés pour nous aider à prendre cette décision. Bien que ces marqueurs ne fournissent pas une solution parfaite, ils sont une aide très utile pour prendre la décision de comment et quand intervenir avec le traitement d’une maladie inflammatoire. La mesure de divers biomarqueurs tels que NF-KB, CRP, COX, LOX, IL-6 et autres, ainsi que la présence de diverses cellules et produits de gènes inflammatoires sont des marqueurs utiles qui sont utilisés pour décider quand agir dans le traitement de inflammation. 

Traiter l’inflammation  

Dans le monde pharmaceutique, nous avons une classe de médicaments appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) qui sont souvent utilisés pour traiter l’inflammation. Il s’agit notamment de médicaments comme l’ibuprofène en vente libre couramment utilisé ou les inhibiteurs de la COX-2 plus puissants comme le Celebrex. Malheureusement, ces médicaments sont associés à de nombreux effets secondaires désagréables, notamment des problèmes ou saignements gastro-intestinaux, des brûlures d’estomac et même des complications rénales ou cardiovasculaires. En fait, certains de ces médicaments, comme le Vioxx par exemple, ont été retirés du marché. Heureusement, le monde naturel offre des alternatives puissantes et efficaces mais sûres qui peuvent relever les défis de l’inflammation. 

Contrairement aux médicaments pharmaceutiques qui agissent uniquement sur un modèle de “solution miracle”, c’est-à-dire qu’ils n’ont généralement qu’un seul mécanisme d’action, les produits naturels ont souvent de multiples mécanismes d’action. Ceci est important car l’inflammation est un processus qui agit par de nombreuses voies. Par conséquent, s’occuper d’une seule voie ne résoudra jamais la situation de manière efficace; cela ne va pas éteindre tous les incendies. En général, plus il y a de voies bloquées, plus le traitement est susceptible d’être efficace. De plus, les produits naturels ont tendance à être moins puissants mais plus “équilibrés” dans leur action car ils contiennent souvent des molécules supplémentaires qui soutiennent les principaux composés dans l’accomplissement de leurs actions. 

About The Author

You might also like to read

Mini Cart 0

Your cart is empty.

×
Why Choose to Sbscribe and Save?
  • Automatically re-order your favorite products on your schedule.
  • Easily change the products or shipping date for your upcoming Scheduled Orders.
  • If you decide a subscription is not for you, it can be cancelled after 3 renewals.