Store Locator
LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE 75$Start Shopping

Le miracle des muscles

Nos muscles sont capables d’une force étonnante, précise et coordonnée ; de soulever une tasse de thé à des mouvements explosifs tels que le sprint et l’haltérophilie. Les muscles permettent une fonction formidable afin que nous puissions explorer tout notre potentiel physique. Environ 40 % de notre corps est composé de muscles squelettiques, mais il existe plusieurs autres types de muscles, notamment les muscles lisses et cardiaques (Guyton et Hall 2006). Il y a près de 700 muscles individuels dans votre corps et ils sont de toutes formes et tailles (Tortora et Grabowski 2003). Le plus petit muscle squelettique de votre corps est situé dans votre oreille moyenne et s’appelle stapedius. Ce muscle ne mesure que 1 mm de long et 1 mm de diamètre, mais il a un rôle important à jouer en stabilisant l’un des petits os de l’oreille responsables de l’audition (Guyton et Hall 2006). En revanche, le plus gros muscle du corps est votre quadriceps ; un muscle puissant qui est plus de cinq cent mille fois plus gros que l’étrier, mais qui est composé de fibres musculaires aussi petites que dix micromètres. 

Il est largement admis que les muscles ont quatre fonctions principales : se déplacer, se stabiliser, stocker/transporter des substances et produire de la chaleur. Certains d’entre eux sont assez intuitifs; monter les escaliers ou donner à votre ami un high five, des positions stabilisatrices telles que debout ou accroupi. Ce qui est remarquable, c’est à quel point nos muscles sont essentiels pour stocker et déplacer différentes substances dans tout le corps. Bien qu’il soit facile d’identifier le cœur comme un muscle vital pour l’apport de sang et d’oxygène, notre corps dépend également du muscle squelettique pour transporter la lymphe ainsi que pour renvoyer le sang de nos membres inférieurs vers le cœur pour la recirculation. La génération de chaleur par thermogenèse est une autre partie importante de la fonction musculaire pour aider à maintenir la température corporelle centrale. Le frisson en particulier, c’est que vos muscles squelettiques subissent des contractions involontaires dans le but de générer une augmentation rapide de la chaleur pour conjurer le froid et, espérons-le, nous garder hors de l’hypothermie (Tortora et Grabowski 2003). 

Nos muscles squelettiques sont capables de générer une énorme quantité de force contractile, mais une puissance maximale n’est pas nécessaire pour chaque tâche. Il est impressionnant de voir comment le corps est capable de produire la bonne quantité de force pour la bonne situation. Dans l’exemple de la tasse de thé, pourriez-vous imaginer jusqu’où votre thé volerait si vous deviez soulever la tasse avec une force maximale ? Cela est dû à la structure physiologique du muscle et à sa réponse à l’innervation nerveuse. Le muscle squelettique est composé de centaines à des milliers de fibres musculaires tissées ensemble par du tissu conjonctif, alimentées par des vaisseaux sanguins et activées par des neurones moteurs qui sont tissés dans les fibres musculaires (Tortora et Grabowski 2003). Chaque motoneurone se connecte aux fibres musculaires réparties dans un muscle, permettant un meilleur contrôle du recrutement des fibres musculaires et de la précision du mouvement. Certains muscles ont plus de 3000 fibres musculaires et la force contractile totale est influencée par le nombre de fibres musculaires composant chaque unité motrice et le nombre d’unités motrices activées en même temps. C’est ce qui vous empêche de lancer votre thé dans les airs – votre corps reconnaît le poids de la tasse de thé et la force nécessaire pour un mouvement contrôlé. 

La façon dont nos muscles s’adaptent au stress physique causé par l’exercice est extraordinaire. Vous n’avez pas besoin d’être un culturiste ou un haltérophile pour participer à un entraînement en résistance. En fait, l’entraînement en résistance est quelque chose qui, lorsqu’il est fait correctement avec une attention à la forme et aux limites, est sain et encouragé tout au long de la vie. Les modifications musculaires liées à l’âge sont bien documentées et commencent vers l’âge de 30 ans, lorsque la perte progressive de la masse musculaire squelettique commence et est remplacée par du tissu conjonctif adipeux (graisse) et fibreux qui peut diminuer la force maximale, la vitesse réflexe et la flexibilité. Ce changement graduel est dû à un certain nombre de facteurs, notamment l’inactivité, l’atrophie, les changements hormonaux ainsi qu’une réponse réduite à la leucine – l’acide aminé qui stimule la synthèse des protéines musculaires (Charette, et al. 1991) (Katsanos, et al. 2006). L’entraînement en résistance est corrélé à l’amélioration du recrutement et de la synchronisation des unités motrices et est important pour maintenir la masse musculaire et le contrôle moteur. C’est pourquoi il y a une valeur potentielle dans une formation supervisée appropriée pour les personnes âgées qui cherchent à se sentir mieux, à réduire et même à inverser le taux de changements liés à l’âge (Milner-Brown, Stein et Lee 1975) (Tortora et Grabowski 2003). Il a été démontré que l’entraînement en résistance chez les femmes post-ménopausées peut être effectué en toute sécurité et améliorer considérablement la force avec des avantages supplémentaires pour la posture, la démarche et la masse osseuse (Charette et al. 1991). 

Nos muscles nous permettent de bouger et le maintien de leur santé tout au long de la vie est un élément important de la réduction de l’ampleur des changements liés à l’âge qui peuvent affecter la qualité des mouvements, la posture et la force. Qu’il s’agisse d’étirements via le yoga ou des mouvements passifs, ou d’activités plus dynamiques comme l’haltérophilie, il est important de s’assurer de le déplacer pour ne pas le perdre. 

Ouvrages cites 

Charette, Susan L, et al. “Muscle Hypertrophy response to resistance training in older women.” Journal of Physiology, 1991: 1912-1916. 

Guyton, Arthur C, and John E Hall. “Contraction of Skeletal Muscle.” Chap. 6 in Textbook of Medical Physiology, by Arthur C Guyton and John E Hall, 72-84. Philadelphia, Pennsylvania: Elsevier Saunders, 2006. 

Katsanos, CS, H Kobayashi, M Sheffield-Moore, A Aarsland, and RR Wolfe. “A high proportion of leucine is required for optimal stimulation of the rate of muscle protein synthesis by essential amino acids in the elderly.” American journal of physiology. Endocrinology and metabolism. 291, no. 2 (Feb 2006): 381-387. 

Milner-Brown, H.S., R.B. Stein, and R.G. Lee. “Syncrhonization of human motor units: possible roles in exercise and supraspinal reflexes.” Electroencephalography and clinical neurophysiology, 1975: 245-254. 

Tortora, Gerard J, and Sandra R Grabowski. “Muscle Tissue.” Chap. 10 in Principles of Anatomy and Physiology, by Gerard J Tortora and Sandra R Grabowski, 273-303. John Wiley & Sons, Inc., 2003. 

About The Author

You might also like to read

Mini Cart 0

Your cart is empty.

×
Why Choose to Sbscribe and Save?
  • Automatically re-order your favorite products on your schedule.
  • Easily change the products or shipping date for your upcoming Scheduled Orders.
  • If you decide a subscription is not for you, it can be cancelled after 3 renewals.