Store Locator
LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE 75$Start Shopping

Nutrition essentials et prévention du cancer du colon

Il a été dit que “nous sommes en aussi bonne santé que notre côlon”, et ce n’est pas loin de la vérité. L’importance de notre fonction intestinale pour la santé et le bien-être est claire lorsque l’on considère les recherches émergentes sur l’importance de notre microflore (bonnes bactéries), le soi-disant “deuxième cerveau”, faisant référence au vaste système nerveux situé dans l’intestin. et comment plus de 80% de notre système immunitaire entoure nos intestins. Il ne faut pas non plus négliger le fait que le système digestif est la principale voie d’élimination des déchets métaboliques et des toxines excrétées. 

Cet article n’entrera pas dans les nombreux faits concernant le diagnostic du cancer du côlon ou les protocoles de traitement. Il convient de mentionner que le cancer du côlon survient rarement chez les personnes de moins de 40 ans. Par conséquent, une alimentation et un mode de vie sains au début de la vie ont un fort effet protecteur. Il vous donnera un aperçu rapide des principaux facteurs alimentaires et nutritionnels qui réduisent le risque de cancer du côlon. Après tout, une once de prévention vaut mieux que guérir. 

Le folate est important pour la synthèse et la réparation de l’ADN et joue un rôle clé dans le recyclage de l’homocystéine, un acide aminé, sous des formes non toxiques. Ce processus est appelé méthylation et joue un rôle important dans le silence des gènes cancéreux. De nombreuses études ont montré que la supplémentation en acide folique réduit considérablement le risque de cancer du côlon jusqu’à 75%. 

Sources alimentaires: Les sources naturelles de folate comprennent les légumes vert foncé, les avocats, les oranges et plus encore. Cependant, l’acide folique synthétique est mieux absorbé que le folate naturel, c’est pourquoi la plupart des céréales sont désormais enrichies en acide folique synthétique. Étant donné que les études sur l’acide folique ont également porté sur l’utilisation de multivitamines, il serait également prudent d’utiliser un multi de haute qualité avec de l’acide folique, ou mieux encore, d’obtenir un multi contenant du L-5-méthyltétrahydrofolate. Le L-5-MTHF est la forme de coenzyme activée du folate utilisé dans le corps, et est mieux absorbé et utilisé que le folate naturel et l’acide folique synthétique ordinaire. 

Calcium et vitamine D: Tout comme pour la santé des os, ces deux facteurs ont une forte synergie lorsqu’ils sont pris ensemble. Des études montrent que 1200 mg de calcium plus de la vitamine D réduisent le risque de cancer du côlon. La vitamine D aide à absorber le calcium de l’intestin et équilibre également le système immunitaire pour combattre les infections et les cellules cancéreuses. 

Sources alimentaires: autres que les produits laitiers, les légumes à feuilles vert foncé, les graines et les noix comme les amandes sont riches en calcium. Malheureusement, il n’y a pas vraiment de bonne source alimentaire de vitamine D autre que l’huile de foie de morue et certains poissons. Je recommande de prendre un supplément de vitamine D pour amener vos niveaux dans la plage de protection de 100 à 150 nmol/L. À titre de référence, plus de 50% des Canadiens ont des niveaux sous-optimaux de vitamine D. 

Le sélénium est un minéral clé, mais souvent déficient, qui est un cofacteur important dans la production de glutathion qui est le principal antioxydant du corps impliqué dans la protection des cellules contre les dommages à l’ADN qui conduisent au cancer. Les scientifiques ont trouvé un lien entre les faibles concentrations de sélénium dans le sol et l’augmentation des taux de cancer colorectal, et la restauration du sélénium à des niveaux optimaux réduit le risque de cancer du côlon. Une analyse minérale des cheveux est un moyen fiable de tester vos niveaux de sélénium pour voir si vous avez besoin de supplémenter. 

Sources alimentaires: Les noix du Brésil sont la meilleure source naturelle de sélénium avec des études montrant que vous n’avez besoin que de quelques noix par jour pour atteindre les mêmes niveaux que les suppléments. Si les noix ne sont pas votre truc, utiliser un supplément de sélénium (sous forme de sélénométhionine, 50-200 mcg/jour) est la meilleure stratégie pour augmenter vos niveaux. 

Les fibres sont souvent négligées, mais elles sont l’un des facteurs les plus importants d’une bonne santé. Il lie les toxines, les graisses et les hormones du côlon et aide à les éliminer. Il favorise le mouvement et la taille des selles saines, qui sont tous deux des marqueurs d’une bonne élimination, et ont été associés à un risque de cancer du côlon plus faible. Les fibres sont également une source de carburant pour les bonnes bactéries (probiotiques) et maintiennent un équilibre acide-alcalin intestinal sain (le pH de votre côlon doit être acide et les cellules doivent être alcalines). 

Sources alimentaires: La meilleure façon d’obtenir des fibres consiste à utiliser des sources végétales telles que les fruits et les légumes. Il est clair qu’une alimentation riche en plantes non transformées (aliments riches en fibres) et pauvre en aliments transformés et en viandes rouges (aliments pauvres en fibres) protège contre le cancer du côlon. 

Épices et herbes anti-inflammatoires: les scientifiques connaissent le lien entre l’inflammation et le cancer du côlon depuis qu’il a été démontré que l’utilisation d’aspirine à faible dose réduit le risque de cancer du côlon. Il existe de nombreuses herbes et épices que vous pouvez consommer dans votre alimentation et qui sont également de puissants agents anti-inflammatoires. Bien que la liste soit longue, le gingembre, le thé vert et la curcumine méritent d’être mentionnés car ils sont facilement disponibles dans les rayons des épiceries et peuvent être facilement intégrés à votre alimentation. Ces trois substances ont fait l’objet de recherches (certaines en éprouvette, d’autres cliniques) montrant qu’elles réduisent puissamment l’inflammation et la croissance des cellules cancéreuses du côlon. Il y en a beaucoup d’autres (ail, resvératrol, extrait de brocoli, etc.), alors essayez de consommer autant de légumes entiers que possible pour augmenter votre exposition à ces puissants composés à base de plantes. 

Sources alimentaires: Utilisez du gingembre et du curcuma dans votre cuisine et buvez jusqu’à 10 tasses de thé vert par jour. Pour une protection supplémentaire, utilisez un extrait de curcumine liposoluble (le composant actif du curcuma) car il est bien mieux absorbé que l’extrait de racine de curcuma. Il est également important de noter que les huiles oméga 3 sont de puissants anti-inflammatoires et doivent être consommées dans les poissons sauvages, l’huile de lin, les graines de chanvre, les viandes nourries à l’herbe et le gibier sauvage. 

Les références 

Al Taie OH, Seufert J, Karvar S, et al. La supplémentation en sélénium améliore les faibles niveaux de sélénium et stimule l’activité de la glutathion peroxydase dans le sang périphérique et la muqueuse distale du côlon chez les porteurs passés et présents d’adénomes du côlon. Nutr Cancer. 2003;46(2):125-30. 

Anand, P., C. Sundaram, et al. (2008). “Curcumine et cancer: Une maladie “de la vieillesse” avec une solution “séculaire””. Lettres cancéreuses 267(1): 133-164. 

Peignes GF, Jr., Gray WP. Agents chimiopréventifs: sélénium. Pharmacol Ther. 1998 septembre;79(3):179-92. 

Ferguson LR, Philpott M, Karunasinghe N. Cancer alimentaire et prévention à l’aide d’antimutagènes. Toxicologie. 2004 mai 20;198(1-3):147-59. 

Giovannucci E, Stampfer MJ, Colditz GA, et al. Utilisation de multivitamines, folate et cancer du côlon chez les femmes dans l’étude sur la santé des infirmières. Ann Stagiaire Med. 1998 Oct 1;129(7):517-24. 

Grau MV, Baron JA, Sandler RS, et al. Vitamine D, supplémentation en calcium et adénomes colorectaux: résultats d’un essai randomisé. J Natl Cancer Inst. 3 décembre 2003;95(23):1765-71. 

Harnack L, Jacobs DR, Jr., Nicodemus K, et al. Relation entre l’apport en folate, en vitamine B-6, en vitamine B-12 et en méthionine et l’incidence des cancers colorectaux. Nutr Cancer. 2002;43(2):152-8. 

Manju V et al. Efficacité chimiopréventive du gingembre, un anticancérigène naturel au cours des stades d’initiation et de post-initiation du cancer du côlon induit par la 1,2 diméthylhydrazine. Clin Chim Acta. août 2005;358(1-2):60-7. 

McCullough ML, Robertson AS, Chao A, et al. Une étude prospective sur les grains entiers, les fruits, les légumes et le risque de cancer du côlon. Le cancer provoque le contrôle. 2003 Dec;14(10):959-70. 

Q. Li, T. R. Holford, Y. Zhang, P. Boyle, S. T. Mayne, M. Dai, T. Zheng. Apport en fibres alimentaires et risque de cancer du sein en fonction de la ménopause et du statut des récepteurs aux œstrogènes. Revue européenne de nutrition 2012 

Singh, B.N., S. Shankar, et al. (2011). “Catéchine de thé vert, épigallocatéchine-3-gallate (EGCG): mécanismes, perspectives et applications cliniques.” Biochem Pharmacol. 

Wu K, Willett WC, Fuchs CS, Colditz GA, Giovannucci EL. Apport en calcium et risque de cancer du côlon chez les femmes et les hommes. J Natl Cancer Inst. 2002 mars 20;94(6):437-46. 

http://www.vitamindsociety.org… Consulté le 18 mars 2015 

About The Author

You might also like to read

Mini Cart 0

Your cart is empty.

×
Why Choose to Sbscribe and Save?
  • Automatically re-order your favorite products on your schedule.
  • Easily change the products or shipping date for your upcoming Scheduled Orders.
  • If you decide a subscription is not for you, it can be cancelled after 3 renewals.